lettre Cesar

Publié le par Maryam

*

La lettre à César  * *

 

*

La lettre était rédigée ainsi :

*  

 

« Au nom de Dieu, celui Qui fait miséricorde, le Miséricordieux, de Mohammed,

 

fils de ‘Abdallah à Héraclius, empereur de Byzance.

*  *

Que la paix soit sur quiconque suit la voie droite.

*

  Je t’appelle à l’Islam. Convertis-toi et tu seras sauvé, et Dieu te récompensera doublement. Si tu te détournes, tu auras pris sur ton compte les pêchés des laboureurs.  

 

 (Dis : « Ô gens du livre venez à une parole commune entre nous et vous : nous n’adorons que Dieu, nous ne lui associons rien, nul parmi mous ne se donne de Seigneur, en dehors de Dieu. S’ils se détournent dites-leurs : « Attestez que nous sommes vraiment soumis)

 

Coran 3,64


 

  Le Hadith d’Abou Soufian

 *

*Abou Soufian et ses compagnons se présentèrent à Héraclius, il voulut voir un homme de la tribu de Mohammed pour lui demander des renseignements sur ce dernier. Abou Soufian Ben Harb était alors au Cham en compagnie d’autres qouraichites en vue d’un commerce. Les émissaires d’Héraclius les y rejoignirent et demandèrent à Abou Soufian de rencontrer leur maître.


**
   Abou Soufian et ses compagnons se présentèrent à  Héraclius qui dit à son interprète : « Demande-leur lequel parmis eux est le plus proche de celui qui prétend être un Prophète. » Abou Soufian répondit : « C’est moi. » Car il était le seul à appartenir à la famille de ‘Abd Manaf. César lui ordonna de s’approcher et s’adressa à son interprète :

« Dis à ses compagnons que je lui ai ordonné de s’approcher pour lui demander des renseignements sur cet homme qui prétend être un Prophète de Dieu, et qu’ils doivent rester et assister au dialogue afin qu’ils puissent le démentir au cas où il cachera la vérité. »
Puis il s’adressa à Abou Soufian : « Quelle est la descendance de cet homme ?. »

*

-Il est issu d’une grande lignée.

 

-Avant de prétendre être Prophète, le traitez-vous de menteur ?.

 

-Non.

 

-L’un de ses pères, était-il un roi ?

 

-Non.

 

-Ses partisans sont-ils des gens favorisés ou défavorisés ?

 

-Ce sont plutôt des défavorisés.

 

-Le nombre de ses partisans va-t-il en augmentant ou en baissant ?

 

   -Ils augmentent ?

 

-Y en a-t-il parmi ses partisans qui se sont révoltés et ont abjuré ?

 

-Non

 

-A-t-il déjà manqué à une promesse ?

 

-Non…Nous observons avec lui une trêve dont nous ignorons l’évolution.

 

-Ainsi ; vous l’avez combattu ?

 

-Oui

 

-Comment cela c’est-il passé ?

 

-La victoire était tantôt aux Qouraïchites tantôt aux musulmans.

 

-Que Prêche Mohammed ?

  *

Il nous ordonne d’adorer un Dieu unique sans lui attribuer de  rivaux, et nous interdit d’adorer les dieux de nos ancêtres. Il prêche la prière, l’honnêteté, la chasteté, la loyauté, la fidélité aux engagements et  la restitution des dépôts.

* 

A présent, je sais que cet homme est un Prophète, un envoyé de Dieu. Si ce que vous dîtes est vrai, il régnera bientôt sur ce territoire. Je suis prêt à lui jurer fidélité.

L’empereur de Byzance de rendit à Homs où il s’enfermera dans un bâtiment et s’adressa ainsi au peuple :

 *

 A ces mots, la foule rugit de colère et se précipita sur les portes qu’elle trouva fermées. César prit la situation en main et dit à la foule indignée : « Je voulais seulement m’assurer que vous tenez à votre religion » ; aussitôt la foule se calma. La passion du pouvoir avait ainsi triomphé de son désir de se convertir à l’Islam ; Héraclius s’abandonna au pêché, entraînant son peuple avec lui, comme l’avait prédit le Prophète. Cependant il renvoya Dihia, l’émissaire du Prophète, avec tact.

*


 « Ô peuple de Byzance,  je vous demande de prêter à Mohammed un serment d’allégeance : vous n’en seriez que plus fort. »

*

 Abou soufian raconta ensuite qu’à ses mots une vague de murmures traversa la salle et qu’il fût obliger de sortir avec ses compagnons. Une fois dehors, il leurs dit : « Je vois que le fils d’Abou Kabcha inspire de la crainte au roi des descendants d’Asfar lui-même. »


 Alors, César lui dit :

*

* « Je t’ai interrogé sur son ascendance, tu m’as répondu qu’il est de bonne ascendance. Il en est ainsi des Prophètes ; je t’ai demandé si quelqu’un avait prétendu  être Prophète avant lui ; tu m’as répondu par la négative ? Sinon, j’aurai pensé qu’il ne faisait qu’imiter un autre ; je t’ai demandé si vous l’aviez accusé de mensonge, tu m’as répondu que non. Ce lui qui s’abstient de mentir aux hommes ne saurait mentir à Dieu ; je t’ai demandé s’il y avait un roi parmi ses ancêtres ; tu m’as répondu que non ; Si tu m’avais dis  le contraire, j’aurais pensé qu’il ne faisait que réclamer son droit au trône ; je t’ai demandé si ses partisans étaient plutôt favorisés ou défavorisés ; tu m’as répondu qu’ils étaient plutôt défavorisés, or, d’habitude , ce sont les plus défavorisés qui suivent les Prophètes ; je t’ai demandé s’ils allaient en augmentant ou en diminuant ; tu m’as répondu qu’ils augmentent ; il en est ainsi de la foi, qui s’affirme progressivement ; je t’ai demandé s’il y en a parmi ses partisans qui ont abjuré par indignation ; tu m’as répondu que non ; il en est ainsi de la foi qui adoucit les cœurs ; je t’ai demandé si vous l’aviez combattu ; tu m’as répondu par l’affirmative, en ajoutant que la victoire était tantôt de votre côté, tantôt du sien ; c’est ainsi que les Prophètes tombent et se relèvent ; je t’ai demandé ce qu’il prêchait, tu m’as répondu qu’il prêchait la prière, l’honnêteté, la chasteté, la loyauté, la fidélité au engagements et la restitution des dépôts ; je t’ai demandé s’il avait jamais manqué à sa parole ; tu m’as répondu par la négative. Or les Prophètes ne connaissent pas la perfidie. 
 

Publié dans Lettres du Prophète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article